BROZE
  BROZE

LA PYRALE  DU BUIS

 

Depuis le mois d'avril 2015, il a été constaté en divers endroits de la Commune une insavion massive de chenilles de la Pyrale du Buis.

 

Il est indispensable de les détecter au plus vite car quelques jours suffisent à ces chenilles pour dépouiller le buis de ses feuilles et mettre gravement en péril la survie de l'arbuste à défaut d'un traitement efficace.

 

Donner l'alerte

Si vous constatez que vos buis sont infectés, vous devez en informer le voisinage.

 

Des actions collectives de surveillance et de traitement sont indispensables pour limiter la propagation de la pyrale du buis.

 

***

 

La Pyrale du buis (Cydalima perspectalis) est une espèce de lépidoptère de la famille des Crambidae, originaire d'Asie (Chine, Japon, Corée, l'Inde et la Russie extreme-orient.)

 

C'est un papillon nocturne, attiré par la lumière, qu'on peut voir tournoyer autour de lampadaires, mais qu'on ne voit voler de jour que s'il a été effarouché.


La chenille de ce papillon ne semble consommer que des feuilles de buis.

 

Il s'agit d'une espèce invasive, qui figure depuis 2008 sur la liste d'alerte de l'Organisation européenne et méditerranéenne pour la protection des plantes.

 

 

Connaitre l'insecte pour mieux le combattre et l'éradiquer

 

La chenille est reconnaissable à sa tête noire luisante et son corps vert clair, strié longitudinalement de vert foncé.


On notera la présence de verrues noires et de longs poils blancs isolés. Ces larves ne sont pas urticantes.


Les pattes abdominales sont au nombre de 10

 

 

Nymphe : La nymphe mesure 21 mm de long, de couleur brune. Elle est protégée par un cocon de feuilles et de soie.

 

Adulte : L'adulte a une envergure moyenne de 36 mm avec un maximum de 44 mm. Les ailes sont blanches et brunes avec des irisations dorées et violacées, ce qui le différencie de toutes les espèces autochtones européennes.


Il n'y a pas de différence extérieure marquée entre deux sexes.


Son envergure moyenne est de 36 mm et son maximum 44 mm.

 

Il existe sous 2 formes : la plus fréquente est blanche et brune avec des reflets violacés.


La moins courante est entièrement brune.

 

Cycle Biologique

 

Le cycle biologique de cet insecte est annuel. On peut le décrire schématiquement en 5 étapes:

 

1  - Dans le courant du mois de février , les dernières larves de chenilles (nymphe) de la saison précedente sortent d'hivernage et commence à s'alimenter. Elles ont passé l'hiver dans la face intérieure d'une feuille dans une sorte de cocon fait de feuille et de soie blanche   

 

2 - Fin Mars ou début Avril, la chenille débute sa nymphose (transformation en papillon). 

 

3 - Début de la période de vol et de reproduction. Cette première génération de papillon prend son vol fin mai, début juin. Les papillons sont exclusivement nocturnes. 

 

4 - En France, on constate deux à trois générations par an.

Durant toute cette pèriode, les différentes phases de la pyrale du buis vont cohabiter (Nymphes, chenilles, papillons).   

 

5  - La dernière génération passe l’hiver en l’état de jeunes chenilles logées dans des cocons.

Dés mars, elles quittent leur cocons et recommencent à s’alimenter sur les feuilles.

 

Les differents stades :

 

- La ponte des œufs en groupe se fait sur la face inférieure des feuilles. Les œufs donnent naissance aux chenilles.

- Les chenilles au dernier stade mesurent 35-40 mm de long.

- Elles se transforment alors en nymphe.

- La nymphose dure environ un mois (pendue par la queue, tête vers le bas, généralement dans un cocon tissé entre les feuilles).

- Les papillons en sortent deux à trois semaines après.

 

 

Le traitement contre la pyrale du buis

 

Différentes méthodes de lutte existent pour combattre ce nouveau ravageur:

 

La détection visuelle et le piégeage à pheromone de la chenille et du papillon:

 

Il est indispensable de détecter le plus tôt possible une éventuelle infestation, si vous êtes dans une zone sensible, vous devez inspecter vos buis au moins une fois par semaine. 

 

Vous pouvez compléter votre surveillance par la mise en place de pièges à phéromone pour capturer les papillons mâles, en plus de limiter les attaques, ces pièges vous permettrons de détecter plus tôt la présence d’éventuels papillons. 

 

Une visite régulière des pièges en complément de l'inspection physique des plantes vous permettra de traiter plus rapidement et donc de protéger plus efficacement vos buis.  

 

 

Le traitement insecticide chimique: 

 

Les  pyréthrinoïdes sont des insecticides de contact, s'ils sont efficaces, ils ont  l’inconvénient de ne pas être sélectif, et de toucher également les insectes auxiliaires utiles, tels que les ABEILLES.

 

Les molécules les plus utilisées sont la deltaméthrine (Decis) ou la cyperméthrine. 

 

Une alternative aux pyréthrinoïdes est le diflubenzuron (Dimilin Flo).

 

Il s'agit d'un régulateur de croissance des insectes mais il n'est réellement efficace que s'il est appliqué lorsque les chenilles sont très petites, idéalement juste après l'éclosion des œufs. 

 

Les régulateurs de croissance agissent essentiellement par ingestion et sont donc plus selectifs que les  pyréthrinoïdes. 

 

 

Le traitement biologique: 

 

Une option biologique est constituée par  les bactéries entomopathogènes, le Bacillus thuringiensis var. kurstaki (BtK) (Delfin).

 

Cet agent pathogène est efficace lorsqu'il est ingéré par les chenilles. 

 

Le Bacillus thuringiensis est une bactérie qui vit naturellement dans le sol.

 

Depuis une trentaine d'années, on l'utilise partout dans le monde comme agent de lutte biologique pour réprimer les populations de divers insectes ravageurs forestiers et agricoles.

 

La chenille est infectée lorsqu'elle dévore les parties de la plante arrosée par la bactérie. 

 

Cette bactérie produit des spores et des cristaux de protéines qui entraînent la libération d'une substance toxique dans l'intestin des chenilles.

 

Cette substance leur corrode la paroi intestinale et a pour effet de paralyser les mâchoires de la chenille.

 

Quelques heures après l'absorption du produit, la chenille ne peut plus s'alimenter et meurt dans les jours suivants. 

 

Des études ont démontré l’efficacité du traitement biologique opposé aux solutions chimiques. 

 

Le Bacillus thuringiensis var. kurstaki est en vente chez divers marchands de Gaillac.

 

 

La lutte mécanique:

 

Pour réduire l'attaque des chenilles et dans l'attente d'effectuer un traitement, vous pouvez lutter mécaniquement :

- Si vos buis sont de petites tailles et peu nombreux, il est possible d'envisager une lutte physique en coupant les parties de la plante infestées et en enlevant manuellement les œufs, les chenilles vertes et noires et les chrysalides de la pyrale du buis

- Si vous possédez des haies de buis ou des buis de grandes tailles, vous pouvez secouer ou frappez vos buis avec un bâton. Les chenilles étant sensibles aux vibrations, elles tomberont au sol. Pour faciliter le ramassage, disposer au préalable un filet ou un tissu au pied vos buis. Vous pourrez ensuite ébouillanter ou bruler les chenilles.

 

 

La mise en quarantaine ou la protection des buis encore sains:

 

Vous pouvez utiliser un filet anti-insectes pour protéger vos buis qui ne sont pas encore touchés.

 

De mars à octobre, tant que la présence des papillons est signalée dans votre secteur, vous placez un filet à maille fine sur vos buis.

 

L'usage du même filet placé sur un buis touché fera office de mise en quarantaine et évitera que des papillons nés dans le buis aillent pondre sur les buis voisins

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Mairie de Broze